L’adhésion du Tchad à la Convention sur l’eau célébrée lors d’évènements organisés par la CEE-ONU, le Tchad, la Banque Africaine de Développement et la Commission du bassin du Lac Tchad

Le 23 mai dernier, le Tchad est devenu le premier pays Africain à adhérer à la Convention sur la Protection et l’Utilisation des Cours d’Eau Transfrontières et des Lacs Internationaux (Convention sur l’eau) dont le secrétariat est assuré par la CEE-ONU. Pays enclavé d'Afrique centrale, le Tchad est confronté à d'importants problèmes de gestion de l'eau et dépend dans une large mesure des ressources en eau qu'il partage avec ses voisins — le Cameroun, la République centrafricaine, la Libye, le Niger, le Nigeria et le Soudan.

Cette adhésion historique fut célébrée le 19-21 Novembre 2018 à N’Djaména (Tchad) lors d’évènements organisés par la CEE-ONU, le Tchad, la Banque Africaine de Développement et la Commission du bassin du Lac Tchad, avec le soutien financier du Ministère des Affaires Etrangères de la République Fédérale d’Allemagne. Une cinquantaine de participants venant du Tchad et plusieurs représentants de pays voisins, notamment le Cameroun, le Niger, le Nigeria, la République Centrafricaine et le Soudan, ont pris part aux différents évènements marquant l’adhésion du Tchad.

« La Convention sur l’eau permettra ainsi au Tchad de poursuivre ses efforts en matière de gouvernance de l’eau et de coopération transfrontière avec ses voisins » a affirmé Madame Lydie Beassemda, Ministre de la production, de l’irrigation et des équipements agricoles, représentant le Ministre de l’environnement, de l’eau et de la pêche du Tchad, lors de la célébration officielle le 21 novembre. En outre, elle a relevé que « le Tchad a commencé à tirer des bénéfices bien avant son adhésion effective à la Convention. Le processus d’adhésion a permis notamment à travers les différentes réunions et ateliers de renforcer la capacité des experts du ministère en charge des ressources en eau en droit international de l’eau, de renforcer la coordination et la collaboration des différents ministères sur les questions de coopération transfrontière et de soutenir le plaidoyer national pour une gestion durable des ressources en eau ».

Les représentants de haut niveau de la France, l’Allemagne, l’Union Européenne, la Suisse, la Banque Africaine de développement (BAD) et les Nations Unies ainsi que des organisations régionales et sous régionales invités ont tous félicité le Tchad pour son adhésion à la Convention. Madame Ebeling, chargée d’affaires de l’Allemagne a expliqué : qu’« en adhérant à la Convention sur l'eau de la CEE-ONU, le Tchad montre qu'il est déterminé à coopérer avec d'autres. Sur cette base, d'autres suivront. La Convention sur l'eau de la CEE-ONU nous fournit le cadre pour parler un "langage commun", échanger des points de vue, tirer des enseignements de nos expériences respectives et nous développer nous-mêmes de manière durable ».

M. Ali Lamine Zeine, Représentant résident de la Banque Africaine de développement a reconnu l’importance d’une telle adhésion pour les investissements de la Banque et a annoncé la volonté de la BAD de soutenir la mise en œuvre de la Convention en Afrique : « Je voudrais réitérer la volonté et la disponibilité de la BAD à continuer à coopérer avec tous les partenaires en Afrique et au plan international, pour la mise en œuvre de la Convention sur l’eau en vue de faire de la ressource eau, un intrant sécurisé et irremplaçable pour la vie et pour le développement durable ».

Les retombés pratiques de cette collaboration croissante entre la Convention et la BAD ainsi que les avantages pratiques de la Convention étaient visibles lors de l’atelier sur la préparation de projets bancables pour l’adaptation au changement climatique et la coopération transfrontalière, qui précédait la célébration le 19 et 20 novembre. Lors de cette formation, les participants ont appris quelles sources de financement existent pour les projets eau et climat, quelles sont les étapes et leçons apprises pour développer un projet, quels sont les critères de bancabilité etc. Cette formation a donc permis de renforcer la capacité des acteurs concernés pour améliorer la coopération transfrontière, sur la base de la Convention sur l’eau.

Les évènements marquant l’adhésion du Tchad se sont achevés avec un atelier régional sur la Convention sur l’eau dans l’après-midi du 21 novembre 2018. Au cours de cet atelier, le Secrétaire exécutif de l’Autorité du bassin du Niger M. Abderahim Bireme Hamid, le Représentant du Secrétaire exécutif de la Commission du Bassin Lac Tchad, le Représentant de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale, ont réitéré l’engagement de leur institution respective à encourager les Etats membres à adhérer à la Convention sur l’eau afin de soutenir la coopération transfrontière.