Monitoring scrap metal radiation

À propos de la surveillance de la ferraille radioactive

Introduction

Plus de la moitié du métal que nous utilisons est recyclé. La majeure partie de ce métal provient de la ferraille, elle-même résultant de plusieurs sources fondues ensemble. Dans certains cas, plusieurs de ces composantes peuvent avoir été contaminées par la radioactivité, soit par une source naturelle (comme le sol), soit par une source artificielle (comme une centrale nucléaire).

Quel est le problème?
Aujourd’hui, l’augmentation du commerce mondial et du transport international de la ferraille radioactive suscite des préoccupations croissantes parmi les gouvernements et parmi les dirigeants industriels. Si le recyclage de la ferraille constitue, d’un côté, un argument économique et environnemental viable, les risques médicaux, environnementaux et financiers d'une contamination radioactive sont, d’un autre côté, tout à fait réels. Le suivi et le contrôle de la ferraille radioactive sont ainsi devenus des questions qui doivent être traitées à l’échelle internationale.

Que pouvons-nous faire?
La ferraille radioactive peut être détruite, décontaminée ou recyclée. Le choix qui sera fait dépendra de son niveau de contamination. Trois domaines d’action, ou mesures de traitement, ont été identifiés en matière de ferraille radioactive:

  • Prévention – L’amélioration des contrôles effectués à la source peut empêcher l’introduction de ferraille radioactive dans le circuit de recyclage des métaux.
  • Détection – La réalisation de contrôles réguliers et établis, par le biais d’instruments de détection radioactive comme les portiques et les appareils portatifs, peut contribuer à détecter la ferraille radioactive. 
  • Réaction – Les procédures de sûreté sont nécessaires pour le traitement approprié des sources détectées. Les interventions peuvent inclure l’identification des niveaux et des types de contamination, et de leur origine, leur stockage, leur transport, etc. L’établissement de rapports appropriés est essentiel et doit être encouragé pour assurer l’amélioration des mesures de sécurité visant à réduire les risques de futurs incidents. « Bilan et perspectives » (Anglais, Français, Russe) est un document PDF qui fournit de plus amples informations sur ce sujet.

Que fait la CEE-ONU?
Procédure
En 2001, la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) a publié un rapport intitulé « Improvement of the Management of Radiation Protection Aspects in the Recycling of Metal Scrap ».  Ce rapport recommande des mesures visant à éviter l’introduction de sources radioactives dans le circuit de recyclage des métaux. À la suite de ce rapport, il a été décidé de mettre en place un Groupe d’experts, lequel s'est réuni pour la première fois en 2004, et de nouveau en 2006. Ce Groupe d’experts a eu pour mission d’encourager les échanges d’expériences et de pratiques en vue de promouvoir l’harmonisation des meilleures pratiques de prévention contre les incidents dus à la ferraille radioactive, et d'intervention rapide et efficace en cas d'incident. Pour faire le point de la surveillance actuelle de la ferraille radioactive dans le monde, un questionnaire détaillé a été adressé à plus de 60 pays en 2003 et 2005.

Résultats
L'analyse des réponses aux questionnaires envoyés en 2003 et 2005 a constitué un apport essentiel pour l’élaboration des Recommandations internationales sur les « Procédures de surveillance et d’intervention applicables à la ferraille radioactive ». Ces recommandations ont été élaborées par des experts du secteur, et approuvées lors de la réunion du Groupe d’experts de la CEE-ONU de juin 2006. Elles fournissent une liste des meilleures pratiques et des directives visant à aider les différents groupes concernés à mieux prévenir, détecter et réagir aux incidents impliquant de la ferraille radioactive.