Press Releases

For media enquiries, please contact unece_info@un.org


Les forêts de l'hémisphère Nord sont en croissance, mais des réformes sont nécessaires pour maximiser leur potentiel économique et social

publié: 20 mars 2015

Bien que la surface forestière soit en expansion dans la région de la CEE-ONU, avec une augmentation au cours des 15 dernières années d'une superficie totale d'environ la taille du Royaume-Uni, les revenus générés par les activités forestières et leurs secteurs connexes sont en baisse, l’emploi décline et de nombreux services liés aux forêts pourraient être monétisés. Des réformes urgentes sont donc nécessaires pour inverser ces tendances et augmenter l’utilisation  des ressources issues du bois. Telles sont les principales conclusions de l'étude ‘’Les forêts dans la région de la CEE-ONU: tendances et défis pour la réalisation des objectifs mondiaux sur les forêts’’, publiée aujourd'hui par le bureau commun CEE-ONU / FAO de Genève.

Les 56 pays de la région de la CEE-ONU détiennent 41,4% des forêts du monde et produisent environ 58% des rondins de bois industriels au niveau mondial. Les forêts de la région recouvrent en moyenne près de 41% (voir tableau 1, page 3) du territoire, ce qui est plus élevé que la moyenne mondiale, laquelle est de 31%. La surface forestière a connu une expansion dans toutes les parties de la région depuis plusieurs décennies. L'augmentation nette de la surface boisée entre 2000 et 2015 était de 28,1 millions d'hectares (voir tableau 2, page 4), soit 1,5% de la superficie totale des forêts et autres terres boisées en 2000. Cette augmentation s’explique en majeure partie par l’expansion naturelle des forêts sur d’anciennes terres agricoles, mais la reforestation a joué un rôle important dans certains pays, en particulier aux États-Unis, en Turquie, en Espagne et au Portugal.

Les forêts de la région sont également en expansion en termes de stocks de bois. Le stock de bois sur pied, au total et par hectare, a connu une constante augmentation. L’accroissement net annuel (ANA) a lui-même suivi une hausse, pour dépasser aujourd’hui la récolte totale du bois dans tous les pays où ce paramètre est mesuré, signe clair que l'on pourrait faire usage du bois de manière plus significative encore dans la région tout en préservant cette ressource.

Les forêts de la région représentent un véritable réservoir de carbone. Bien qu'il y ait des incertitudes sur la taille exacte de ce réservoir et de ses origines précises, le stock total de carbone dans la biomasse vivante de la région, sous-sols exceptés, est estimé à 64,3 Gt de carbone (voir tableau 3, page 4) et dans les produits du bois récoltés, à plus de 5 Gt. Le réservoir total de carbone de la biomasse forestière – c’est-à-dire le carbone séquestré chaque année par les écosystèmes forestiers de la région – s’élevait à 255 000 000 tonnes de carbone par an entre 2005 et 2010.

L'étude s’inscrit en tant que contribution régionale à la session du Forum des Nations Unies sur les forêts qui aura lieu en mai à New York. Elle conclut que bien que les territoires forestiers soient en expansion, leur contribution aux économies nationales de la région est en baisse et leur adaptation aux besoins d'une société en mutation est très lente. L’étude souligne également que certains services liés aux forêts ne sont pas marchands.

Par exemple, alors que la superficie des forêts protégées et certifiées a augmenté (de 52,2% de 2007 à 2014 - voir tableau 4, page 5) et alors que la possibilité d’offrir certains services environnementaux est de plus en plus prise en considération dans les stratégies de gestion, les échanges de crédit de conservation et le fait de payer pour obtenir des services environnementaux sont des pistes dont on discute beaucoup, mais qui demeurent encore rares dans la pratique. La Finlande, la Norvège, la Suède et la Suisse, par exemple, ont des régimes nationaux pour l'indemnisation des propriétaires forestiers privés et publics, destinés à assurer le maintien des attributs particuliers des exploitations forestières.

La contribution du secteur forestier au PIB dans la région de la CEE-ONU a diminué en termes absolus et relatifs de 1,2% à 0,8% sur une décennie (voir tableau 5, page 5). Ces baisses sont frappantes tant par leur taille que par leur homogénéité dans la région. La récession mondiale de 2008, avec son lourd impact sur le secteur du logement, a durement frappé le secteur, en particulier en Amérique du Nord. La baisse de la demande de papier pour les journaux et produits assimilés, résultant de leur substitution par les médias électroniques, est un autre facteur explicatif de cette baisse.

L'emploi dans le secteur forestier a également décliné dans toute la région (voir tableau 6, page 6), notamment en raison de la hausse de la productivité du travail. Le nombre d’emplois dans le secteur forestier en Amérique du Nord subit une baisse de 33%, tandis que le secteur forestier dans son ensemble a connu une baisse du nombre d’emplois de 38%, directement imputable à la contraction cyclique du marché américain de l’immobilier, mais aussi au déclin sur le long-terme du secteur du papier aux Etats-Unis et au Canada.

La pauvreté endémique persiste dans de nombreuses communautés autochtones et autres zones forestières rurales. Le fort déclin de l'emploi dans le secteur forestier a réduit les moyens de subsistance de beaucoup et causé des difficultés aux communautés les plus touchées par le chômage, en particulier dans les régions les plus dépendantes des produits du bois.

Enfin, l'étude identifie une liste de 13 défis majeurs et des moyens pour les surmonter. Par exemple, la consommation accrue de produits forestiers provenant de sources durables devrait être encouragée car elle contribue à l’atténuation du changement climatique, à la viabilité économique du secteur forestier, à la création ou au maintien de l’emploi, ainsi qu’à la transition vers une économie verte. L'étude souligne également que le secteur forestier devrait devenir plus «vert» et conduire cette transition vers une économie verte.

For more information please contact:

Ms. Ivonne HIGUERO
Directeur adjoint
Division des forêts, du logement et des territoires, CEE-ONU
Email: ivonne.higuero@unece.org


United Nations Economic Commission for Europe

Information Unit

Palais des Nations, 

CH-1211 Geneva 10, Switzerland

Tel.: +41 (0) 22 917 44 44

Fax: +41 (0) 22 917 05 05