L’Afrique de l’ouest dispose d’importantes ressources en eau avec 25 bassins fluviaux transfrontaliers. Les bassins des fleuves Comoé, Bia et Tanoé comptent parmi les principaux bassins qui ne disposaient pas de mécanisme conjoint de gestion. Or, l’augmentation de la population et la réalisation de nouvelles infrastructures hydrauliques accroissent la pression sur les ressources en eau de ces bassins dans un contexte de réduction notable de la disponibilité de l’eau due au changement climatique.

La création de l’Autorité de bassins Comoé-Bia-Tanoé, appuyé par le secrétariat de la Convention sur la protection et l'utilisation des cours d'eau transfrontières et des lacs internationaux (Convention sur l'eau), abrité par la UNECE, vise à apporter une solution durable à ces enjeux par le biais de la coopération transfrontière. La création de l’Autorité de bassins s’inscrit dans la politique de création d’organismes de bassin sur les principaux cours d’eau transfrontières de l’Afrique de l’ouest pilotée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

La réunion constitutive du Conseil des Ministres de l’Autorité de bassins Comoé-Bia-Tanoé s’est tenue le 27 avril 2018 à Abidjan (Côte d’Ivoire). La rencontre a réuni les ministres et les hauts cadres responsables de la gestion des ressources en eau du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Mali. Le secrétariat de la Convention sur l'eau a été convié pour appuyer l’opérationnalisation de l’Autorité de bassins.

Au cours de la réunion, les Ministres du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Mali ont approuvé les projets de textes constitutifs de l’Autorité de bassins, notamment la Convention portant statut des fleuves Comoe, Bia et Tanoé et création de l’Autorité de bassins Comoé-Bia-Tanoé (ABCT), les Statuts de l’Autorité de bassins et les Textes organiques de l’Autorité de bassins. Les ministres ont également procédé à l’adoption d’une feuille de route pour l’opérationnalisation de l’Autorité.

La UNECE a appuyé le processus en contribuant à la finalisation des textes constitutifs de l’Autorité lors de la réunion préparatoire des experts au Conseil des ministres. La réunion constitutive a également été l'occasion de faire connaître la Convention sur l'eau et ses activités ainsi que les opportunités qu’elle offre pour renforcer la coopération transfrontière dans la région de l'Afrique de l'Ouest. Les représentants du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Mali ont réitéré leur volonté d’étudier la possibilité de rejoindre le cadre de la Convention sur l’eau.

Le secrétariat de la Convention sur l’eau a été sollicité par le Conseil des Ministres pour accompagner la mise en place effective de l’Autorité de bassins. La UNECE a pris acte de la requête du Conseil des ministres et examinera les appuis possibles pour la mise en œuvre effective de l'Autorité du bassin de la Comoé-Bia-Tanoé.